dimanche 26 février 2012

L'émission était presque parfaite...

Pour améliorer mon allemand, j'aime écouter les émissions de la radio Deutsche Welle (littéralement : "Nouvelle vague") dans le train. Au moment d'effectuer ma dernière sélection de podcasts, j'ai remarqué un programme intitulé "Journal - Débit lent". Cela semble absolument parfait : instructif puisqu'il s'agit du journal et pédagogique puisque le rythme de diction en allemand est modéré. C'est donc plein d'entrain que j'intégre ledit podcast à mon mp3. Et pourtant, quelle déception...
Il faut d'abord être bien réveillé ce jour-là car le débit n'est pas lent mais extrêmement lent. Chaque mot est véritablement décortiqué, syllabe par syllabe. Cela aurait du sens s'il était question de proposer à des professeurs des supports audios permettant une dictée. Mais ce n'est pas ici le but poursuivi par la Deutsche Welle. D'où l'impression d'une diction très forcée et un ennui certain. Or, si l'on s'ennuie, on "décroche" et donc, on n'apprend plus.

Mais ce qui me semble le plus gênant (le plus grave ?) est la vision de la langue qui sous-tend l'émission : la langue est réduite à une poignée de syllabes, c'est-à-dire de sons. Dès lors, quand est-il de la mélodie propre à toute langue ? De notre capacité à capter certains mots-clef qui nous permettent de recomposer (avec plus ou moins de nuances et de réussite) le sens des phrases ? De cet élan libertaire et malléable de la bouche en train de parler ?

Ce mode de lecture me semble d'autant plus inadapté à la langue allemande que les verbes apparaissent souvent en fin de phrase : lorsqu'on arrive enfin au pivot de la phrase - le verbe -, on a oublié ce qui précède. Si au moins on avait procédé à un regroupement groupe de mots par groupe de mots !

Chapeau tout de même à la speakerin qui nous donne à entendre malgré elle une sorte de performance d'art contemporain, version audio, où l'on remonte à la source de la parole, le son. Et l'exercice ne doit pas être évident !


4 commentaires:

  1. "Ce mode de lecture me semble d'autant plus inadapté à la langue allemande que les verbes apparaissent souvent en fin de phrase : lorsqu'on arrive enfin au pivot de la phrase - le verbe -, on a oublié ce qui précède. Si au moins on avait procédé à un regroupement groupe de mots par groupe de mots !" --> Je ne suis pas d'accord. Au contraire, plus l'allemand est parlé lentement, mieux on saisi l'orthographe des mots Ce n'est peut-être pas le but de l'émission, mais il ne faut pas oublier qu'en allemand, on écrit comme on prononce. Et pour les verbes en fin de phrases, au moins avec un plus débit plus lent, il est plus facile de repérer la particule séparable ;)

    RépondreSupprimer
  2. Et pour les débutants en allemand (ou ceux qui ne pratiquent pas depuis bien longtemps), est-ce que ça peut être intéressant ?
    A tester.
    Je pense que ça pourrait aussi être utile à l'école où la pratique de l'oral est souvent limité.

    RépondreSupprimer
  3. Peux-t-on avoir le lien direct vers le podcast cité ?

    Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Vous pourrez trouver des exemples de ladite émission de la Deutsche Welle sur http://www.dw.de/dw/0,,8030,00.html
    Cela vous permettra de juger par vous-même si le concept est pédagogiquement parlant une avancée.
    Qu'en pensez-vous ?

    RépondreSupprimer