mardi 14 février 2012

Au fait, la Berlinale, c'est quoi ?

Basiquement, la Berlinale, c'est le festival international du film de Berlin, créé en 1951.
 Cette année, en 2012, c'est précisément un festival qui dure du 9 au 19 février et est présidé par le cinéaste britannique Mike Leigh. Si c'est un film français, Les adieux à la reine de Benoît Jacquot sur la Révolution française, qui a ouvert le festival, trois films allemands sont tout de même en compétition. Parmi les moments attendus figurent la remise de l'Ours d’or d’honneur à l’actrice Meryl Streep et la projection du film Captive où joue Isabelle Huppert et celle, hors compétition, du premier film d'Angelina Jolie, sur la guerre
de Bosnie. Les projections, ouvertes au public, se déroulent dans les cinémas situés à proximité de la Postdamer Platz (au Sony Center, notamment).
 
En chiffres, la Berlinale, c'est aussi : 485 000 visiteurs, 300 000 tickets de cinéma vendus, 15 500 professionnels originaires de 115 pays différents et 3 800 journalistes venant de 81 pays (chiffres 2011, disponibles sur le site officiel de la Berlinale).
 
Pour moi qui étais en week-end à Berlin, la Berlinale, c'est visiblement un essai plutôt raté de se rapprocher du glamour de Cannes au lieu de cultiver une vraie différence : les stars arborent les mêmes tenues à paillettes, les mêmes berlines noires attendent les vedettes à la sortie de leur grand hotel (ici le Ritz), le tapis rouge a cédé la place à un ours rouge qui signale les lieux importants du festival...
 
Et pour les journalistes et les critiques, la Berlinale, c'est quoi ? Tandis que Le Monde écrit que suite à la remise de Our d'or au film iranien d'Asghar Fahradi, Une séparation, "La Berlinale se sent pousser des ailes", le Courrier international nous dit quant à lui que "La Berlinale doit en finir avec le bricolage" et le site Vodkaster révèle avec humour "La terrible réalité" du festival. Dès lors, que penser de la Berlinale ?

Le mieux est peut-être de jeter un coup d'oeil non au festival lui-même mais aux oeuvres données à voir, comme dans la section du site d'Arte consacrée à la Berlinale (extraits de films, reportages, etc.). Après tout, c'est bien là qu'on apprécie avant tout la qualité d'un festival. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire