dimanche 1 avril 2012

Hollande et les socialistes allemands : les points qui fâchent

Début mars, les médias ont fait leurs choux gras du peu d'empressement (voire du refus) des chefs d'état européens, en majorité de droite, à rencontrer le candidat socialiste à la présidentielle 2012, François Hollande. Cela ne doit pourtant pas faire oublier qu'en Europe, le candidat socialiste à la présidentielle n'est pas particulièrement soutenu par les socialistes allemands. Pourquoi ?

  1. La proposition de François Hollande de taxer à 75% les contribuables français les plus riches fait peur aux socialistes allemands (parti du SPD). Il faut dire qu'en Allemagne, l'impôt sur le revenu est situé à 45%. C'est finalement le parti allemand radical de gauche, Die Linke, qui s'avère être en faveur de cette mesure, et non le SPD.
  2. Le PS souhaiterait réformer le statut de la banque centrale européenne, ce que ne peuvent envisager les socialistes allemands, très attachés à l'indépendance de la banque de Francfort.
  3. Le SPD n'est pas non plus d'accord pour que soit renégocié le pacte de stabilité européen dont l'objectif est de rendre la discipline budgétaire plus stricte.
  4. Les prises de position de François Hollande sur la réforme des retraites ne sont pas non plus soutenues par les socialistes allemands qui ont lutté pour reporter l'âge de la retraite à 67 ans.
En résumé, comme l'indique l'hebdomadaire de centre gauche, "Der Spiegel" : pour le SPD, "le candidat socialiste est simplement trop à gauche."

* Pour aller plus loin : article détaillé sur Euractiv.fr

3 commentaires:

  1. Merci pour ce retour du Spielgel, mais parle-t-on aussi dans les quotidiens allemands, des points de convergence entre le SPD et le PS?
    A-ton conscience outre-rhin, que l'idée d'une taxe à 75% ne s'appliquera uniquement qu'au fortune supérieur à 1 million d'€ annuel? Que ce sera une mesure exceptionnel avec une date limite et que surtout, ce fut une déclaration d'un candidat qui souhaite garder la maîtrise du débat, tandis que les sympathisants de droite veulent encore parler d'insécurité et d'immigrations??
    Je suis surtout étonné que le SPD ne soit pas favorable au principe de l'équilibre budgétaire, principe reconnu par tous comme une des 1ere mesure qui éviterait une dette à la Grecque!
    En résumé, le lobbying sur l'information des partis de droite en UE reste très fort, alors que nous sommes dans une situation où la SOLIDARITE et la JUSTICE doivent être remis sur le devant de la scène, et DU-RA-BLE-MENT, à la place de la finance et des règles économiques aveugles!

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que PS et SPD ne sont pas d'accord sur tout, et c'est vrai aussi que l'aile droite du SPD par exemple serait plus proche des propositions du Modem en France, tout comme l'aile gauche française du PS le serait de Die Linke. Mais c'est tout à fait compréhensible, car ce sont l'histoire et la culture qui diffèrent (par ex. le rapport au communisme). Ce n'est pas si grave puisque les deux partis (PS et SPD) seront bien obligés d'accorder leurs violons s'ils arrivent au pouvoir. Ce qui arrivera, on l'espère, bientôt!

    RépondreSupprimer
  3. Il est effectivement intéressant de prendre conscience que les deux partis, PS français et SPD allemand, ont une histoire différente et que c'est bien l'Europe (et la crise) qui les incitent aujourd'hui à se rapprocher.

    RépondreSupprimer