samedi 6 juillet 2013

Embrassez qui vous voudrez mais...

... que ce soit aujourd'hui, si vous vivez en Allemagne ! En effet, le 6 juillet, c'est la journée internationale du baiser et ce, depuis 1990. Comme je n'en avais jamais entendu parler avant de venir m'installer en Allemagne (et vous ?), tout me porte à croire que l'organisation de ce type de journée est une nécessité vitale pour les Allemands qui, sinon, ne s'embrasseraient jamais. Cette visée "humanitaire" (le journal Bild écrit que s'embrasser permet non seulement de développer son système immunitaire, de rendre la peau de son visage plus élastique mais aussi de vivre plus longtemps. Bref, des arguments très pragmatiques et très allemands !) me semble
d'autant plus claire que la récupération commerciale de cette journée internationale du baiser est plutôt limitée.

Mon expérience personnelle de l'embrassade à l'allemande

En Allemagne, en effet, on a tendance à rester à un mètre de distance de son interlocuteur et on ne se touche jamais. Alors s'embrasser, vous n'imaginez même pas ! Cela arrive pourtant de temps en temps, lorsque l'on fête l'anniversaire d'un collègue, par exemple. Et là, c'est le drame pour tout le monde : pour l'Allemand en question qui fête son anniversaire et ne sait pas comment il doit réagir à cause de son manque d'expérience et la Française de service (moi ?) qui a sa réputation de Française de service à tenir mais qui après 3 ans en Allemagne, est complètement perdue : donner un beau bisou épanoui sur la joue, se contenter de se toucher les pommettes ou alors s'embrasser dans le vent ? Et combien de bises donner, déjà ? Mes origines atlantiques m'indiquent 4 mais cela semble beaucoup pour des Allemands. 2, alors, comme à Paris ? (après tout, en Allemagne, on est pragmatique, on n'a pas de temps à perdre à s'embrasser : on a du boulot). Et faudra-t-il donner une accolade (dont les Allemands sont très friands) avec tout ça ou se toucher le bras est-ce suffisant ?...

Les 3 conseils du Bild si l'on doit embrasser quelqu'un ou quelqu'une

A l'occasion de la journée internationale du baiser, le journal allemand Bild fait paraître un article qui donne plusieurs conseils à quiconque ne peut échapper à un bisou. Voici mes préférés :
1. Au boulot : il faut distribuer les embrassades avec parcimonie. Le chef d'équipe doit en particulier éviter à tout prix d'embrasser avec effusion et ce, afin de ne pas laisser la porte ouverte à une mauvaise interprétation.
2. Dans le couple : on évite les chewing-gum.
3. Dans le couple (encore) : en public, on limite au maximum les baisers fougueux (ah bon ?!).

Photos à l'appui, s'embrasser en Allemagne, c'est toute une épreuve

  • En Allemagne, la promotion de la journée internationale du baiser se fait de façon organisée et jusque dans mon assiette : ci-dessous, flyer et friandise distribués hier à la cantine. Le truc noir est un "Schaumkuss", soit littéralement un baiser de mousse. [Je tiens à préciser que je n'ai pas été embrasser le chef.]



  • Lors sa récente visite à Berlin, Barack Obama embrasse Angela Merkel, laquelle ne semble guère enchantée. (© gettyimages - Internationaler Tag des Kusses 2013)


  • La top germano-américaine Heidu Klum embrasse un robot à la fin d'un défilé : avec les machines, fini le stress ! Tout un progrès ! (© gettyimages - Internationaler Tag des Kusses 2013)


Bref, comme vous le voyez, s'embrasser en Allemagne, ça force à être organisé !

1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Je vient de découvrir votre blog, et je trouve intéressant de comparer les expériences croisés d'expatriés.

    Allemande, vivant en France (Bretagne), je suis toujours étonnée d'entendre parler de telles distances physiques en Allemagne.
    Il est vrai que les Allemands n'ont pas tellement l'habitude de faire la bise. Mais à l'inverse, j'ai l'impression qu'avec mes amies allemandes, on se fait beaucoup plus souvent l'accolade que ce que je vois autour de moi en France (ou seulement en Bretagne ??) J'ai même dû apprendre à prendre plus de distance avec les français que j'avais avec les Allemands (à l'exception des bises, bien sûr !).
    Curieux, n'est-ce pas ?
    Est-ce dû aux coutumes régionales et non nationales ? (Moi-même, je viens du sud d'Allemagne.)
    Ou prend-on instinctivement plus de distances avec les étrangers - même s'ils sont bien intégrés ? En effet, on ne connaît pas les coutumes de l'autre, et en cas de doute, on préfère prendre plus de distance ?

    Peut-être avez-vous quelques explications ?

    Ingrid

    RépondreSupprimer