lundi 21 avril 2014

Salaire minimum : bientôt une réalité en Allemagne [EMPLOI]

Le Conseil des ministres allemand a adopté le 2 avril un projet de loi instituant un salaire minimum légal en Allemagne. À partir du 1erjanvier 2015, tous les salariés travaillant en Allemagne devront percevoir une rémunération au moins égale à 8,50 euros brut de l’heure.
En Allemagne, c’est la première fois qu’une rémunération sera fixée autrement que par la négociation entre les partenaires sociaux. Ces derniers conserveront toutefois la possibilité de négocier des accords tarifaires dérogatoires, branche par branche, jusqu’au 31 décembre 2016.

De rares exceptions

Au-delà, le salaire minimum allemand s’appliquera à tous, ou presque. Les catégories qui n’en auront pas
le bénéfice sont rares. Il s’agit des jeunes de moins de 18 ans, des bénévoles et des stagiaires en cours de formation.
Les chômeurs de longue durée, eux, se voient imposer un délai. Ils ne pourront prétendre au salaire minimum que six mois après leur embauche. Cette disposition, ajoutée lors des derniers arbitrages interministériels, vise à empêcher que ces demandeurs d’emploi difficiles à réinsérer ne soient pénalisés à l’embauche. Son efficacité sera évaluée en 2017.

Revalorisation à partir de 2018

Le nouveau salaire minimum allemand sera réévalué tous les ans à partir de 2018 par une commission indépendante. Celle-ci sera composée d’un président et de six membres (trois représentants des salariés, trois du patronat), auxquels s’ajouteront deux experts scientifiques présents à titre de conseil, sans droit de vote. Elle sera nommée pour cinq ans.

Protection minimale

La ministre du Travail et des Affaires sociales, Andrea Nahles, s’est réjouie de l’adoption d’un projet de loi « qui va apporter plus de justice ». « C’est un tournant », a-t-elle dit. « Nous rendons sa valeur au travail ». Le salaire minimum devrait profiter à un peu moins de quatre millions de salariés.
Aux yeux du gouvernement allemand, la création d’un salaire minimum était nécessaire pour assurer une protection minimale adéquate aux salariés. En effet, ces derniers sont de plus en plus nombreux à ne plus être couverts par une convention salariale. Entre 1998 et 2012, la part des salariés couverts par ce type d’accord obligeant l’employeur à verser un salaire négocié par les syndicats au niveau de la branche est passée de 74 % à 58 %.
Projet phare du gouvernement de Grande coalition, le projet de loi instituant un salaire minimum doit maintenant être débattu au parlement. Son adoption définitive par le Bundestag est prévue pour le 4 juillet.

2 commentaires:

  1. Bonjour Un grand bravo à l'Allemagne pour cette décision sélariale positive envers les travailleurs.FLEUR.

    RépondreSupprimer
  2. C'est une bonne chose qu'ils optent enfin pour ce système !

    RépondreSupprimer